Je vous ai parlé, dans mon dernier article, de mon projet d'agrandissement du potager.

Ces dernières semaines, j'ai fait beaucoup de recherches sur les techniques de travail du sol et de production. Mon attention a été retenue par le travail de Jean-Martin FORTIER, maraîcher au Québec. Il pratique le maraîchage bio-intensif sur planches permanentes. Si vous voulez plus de détails, vous trouverez sur le net pas mal d'infos à son sujet, et la vidéo d'une conférence très intéressante.

J'ai reçu son livre "Le jardinier maraîcher", et je l'ai dévoré en quelques jours !

Sa lecture a confirmé mes choix, mes convictions, et m'a permis de mettre mon projet de jardin bio-intensif sur le papier.

J'ai donc réalisé des plans pour mettre en place une rotation sur 10 ans. Mon futur potager sera donc constitué de 10 "jardins", mais évidemment, les surfaces dédiées à chaque légume seront proportionnelles à la taille de mon potager, qui fera au total 250 m2. Chaque j'ardin sera constitué de 3 planches permanentes de 80 cm, elles mêmes subdivisées en 4 rangs (parfois 1, 2, 3 ou 5 rangs, selon le légume cultivé), donc un total de 12 rangs par jardin. Les planches seront séparées par des allées de 40 cm.

Le plus compliqué a été de répartir les rangs de légumes par familles, en échelonnant les semis afin de récolter tout au long de la saison. Sur ce point, l'exemple de Jan-Martin FORTIER m'a été d'une grande utilité.

J'ai pu ensuite calculer la quantité nécessaire de graines et de plants. Je compte produire mes plants, en faisant un maximum de semis en godets, au chaud dès février, en serre froide au début du printemps, puis en plein air, passées les gelées. Cela me permettra d'avoir un peu d'avance sur le début de saison, et de protéger certains semis des ravageurs, qui m'ont causés quelques dégâts les années précédentes, sur certains semis en place (haricots, pois, laitues, poireaux par exemple). Cela permettra aussi d'optimiser le temps d'utilisation des planches.

Ensuite, j'ai planifié toutes les tâches, mois par mois, sur de grands calendriers faits maison : préparation du sol, apports de compost, semis, plantations, protections (voile de forçage, filets anti-insectes, occultation), préparations de purins et infusions, utilisation des purins et infusions, mise en place de paillis... Tout est prévu sur le papier, afin de ne rien oublier le moment venu, et ne pas se laisser déborder.

Il me reste à programmer le labour de la prairie. Ce labour ne se fera qu'une fois, pour la création des planches. Ensuite, le sol sera travaillé à la grelinette, sans retournement. Dans un premier temps, j'espèrais ne pas devoir labourer, et préparer toute la surface par occultation avec une bâche noire, plusieurs mois avant la mise en culture, puis travailler le sol à la grelinette. Mais le coût de la bâche est un frein, pour une surface de 250 m2.

En théorie, tout est prêt ! Il n'y a plus qu'à !