C'est encore l'été, et pourtant, mes travaux d'automne ont commencé !

C'est le "jardin neige" qui ouvre les festivités.

Comme d'habitude, j'ai choisi de ne pas labourer le sol, et d'utiliser la méthode de désherbage avec du carton. Le carton déposé au sol a pour effet de bloquer le passage de la lumière. L'herbe en dessous va pourrir avant que le carton ne soit décomposé.

Je sais que cette méthode est discutée à cause des colles présentes dans le carton, qui ne sont pas toujours écologiques. Les cartons que j'utilise sont des intercalaires de packs de bouteilles d'eau, récupérées en grande surface. Je me dis que c'est un bon compromis : pas de labour, transformation du carton en carbone, et surtout beaucoup moins difficile pour mes petits bras.

Première étape, tracer les contours du massif avec des tuyaux d'arrosage. J'ai coupé le massif en deux car il est très long, environ 22 mètres. Cela facilitera la circulation dans le jardin. Sur la photo, on voit qu'il manque un morceau de tuyau pour terminer le tracé.

P9050069

Une fois les contours dessinés, j'ai déposé au sol le carton sur la première moitié du massif, uniquement sur le pourtour, car je n'ai pas assez de cartons pour couvrir toute la surface du massif. J'ai lesté le carton avec du fumier de cheval, car j'en dispose à volonté. Il est possible de couvrir le carton avec du compost ou de la terre.

P9050070

P9050071

Puis j'ai déposé du papier kraft (des sacs à pain) à l'intérieur du massif, eux même recouverts d'une couche de fumier de cheval d'environ 10 cm. J'espère que le kraft empêchera la pousse de l'herbe, le temps que le fumier se tasse.

 

P9070072

P9070073

Le fumier stocké depuis 6 à 8 mois, n'est pas encore bien décomposé, mais en couche fine, il va terminer de se transformer en humus d'ici le printemps, au moment des plantations de vivaces. Comme d'habitude, j'aménagerai des poches de terre de jardin à l'emplacement des plantations, afin que les jeunes racines ne soient pas en contact direct avec le compost frais. Les vers de terre et autres micro-organismes se chargeront de dégrader et mélanger le fumier au sol, et j'aurai une belle terre homogène au bout d'une année.

Les arbres et arbustes seront plantés cet automne. Il me suffira d'écarter le fumier et de creuser à l'emplacement désiré.

Il me reste à couvrir le fumier de vieux foin, puis à procéder de même pour la seconde partie du massif.