Devant la grange se trouvait, à notre arrivée, une petite haie de lonicéra nitida, pas très jolie, peu fournie, avec beaucoup de branches mortes.

Je m'étais demandée si j'allais la garder. Finalement, j'avais décidé de lui laisser sa chance. J'ai coupé tout le bois mort, puis fait une taille sévère. A mon étonnement, la haie s'est vite remplumée.

Après trois années, nous avons eu un hiver très froid, avec des nuits à -17 ° pendant près d'une semaine. La haie a entièrement gelé, mais je savais qu'il suffisait de la couper à ras, et qu'elle repartirait depuis sont pied, ce qui s'est produit le printemps suivant.

L'an dernier, nous souhaitions densifier cette haie et lui faire prendre de la hauteur, pour plus d'intimité à cet endroit du jardin. Le lonicera nitida ne pouvait remplir cette fonction, car ses branches fines et élancées ne permettent pas de lui faire prendre de la hauteur, et sa sensibilité aux fortes gelées risquait d'anéantir son rôle de brise vue.

Nous avons donc décidé de doubler la haie, en plantant à l'arrière des arbustes persistants variés. Nous avons donc choisi des troènes panachés, éléagnus, photinias, troène du japon et j'ai ajouté une bouture de troène vert que j'avais en stock, pour compléter. Tous les arbustes ont été plantés il y a un an, puis paillés au pied. Ils ont bien repris et ont déjà gagné de la hauteur.

Aujourd'hui, j'ai taillé la haie de lonicera nitida, en la conservant plus haute que les années précédentes, et j'ai ébouté les arbustes persistants, afin qu'ils produisent de nouveaux rameaux au printemps prochain.

J'ai conservé les extrémités taillées, afin de les bouturer. Ce n'est pas vraiment la saison du bouturage, mais je n'ai rien à perdre.

Au premier plan de cette photo, devant la petite barrière (anti passage de chien !), j'ai planté trois boutures de loniceras réalisées il y a quelques années, afin de prolonger la haie.

PC030055

Vue de l'autre côté. Au premier plan, ma bouture de troene vert, qui a bien poussé cette année.

PC030056

Les boutures de troène du Japon et photinia. A l'avant, les semis spontannés de valériane, repiqués la semaine dernière.

PC030057