L'article qui va suivre est l'occasion d'ouvrir une nouvelle catégorie : "Le verger".

Nous avions dans le jardin d' ornement, quelques pommiers, déjà présents quand nous avions acheté la maison. Certains, très vieux, étaient creux ou cassés. Nous les avons supprimés. Nous avons gardés les plus sains, 4 en tout, dont un "reinette étoilée", un "boskoop", une variété de pommes à cuire dont j'ai oublié le nom, et un pommier à cidre.

En 2015, j'ai planté quelques fruitiers à l'emplacement du potager (avant d'y faire pousser des légumes), sur une bande de prairie de 50 mètres de longueur et 8 mètres de largeur. Il y a un prunier "reine Claude rouge", un cerisier "bigarreau", un abricotier, un noyer. Il y avait aussi un châtaignier, mais il a succombé aux fortes gelées printanières de cette année.

Il y a aussi, au potager, un rang de framboisiers, et 4 planches de fraisiers.

L'an dernier, j'ai planté, le long de notre chemin, une haie de groseilliers et cassissiers, une douzaine en tout.

La semaine dernière, j'ai investi une nouvelle zone du jardin, près de la mare. Je souhaitais planter de nouveaux fruitiers basse tige, afin de pouvoir m'occuper seule de la taille, de la récolte. En effet, pas facile d'accomplir ces tâches quand on a le vertige !

Bref, j'ai fait mes trous sur plusieurs jours. Je savais que le sol était argileux, mais j'ai eu la désagréable surprise de trouver sous une couche de 20 cm de bonne terre, une couche de gros silex, dont la profondeur est indéterminée, puisque je n'ai creusé qu'à une cinquantaine de cm. J'ai dû sortir le mélange d'argile et de cailloux à la pioche ! 9 trous au total.

J'y ai installée un mélange de fruitiers : 4 pommiers (melrose, cox orange, clochard, drap d'or), 1 poirier (conférence), 2 pêchers (plat saturne, amsden), 2 pruniers (quetche, reine Claude dorée).

PB270015

PB270016

Vous remarquerez peut-être que notre mare est à sec, depuis 5 mois déjà. Elle finit toujours par s'assécher dans le courant de l'été, mais c'est la première année que cela dure si longtemps.

Au bord de la mare, vous apercevez la ruche de biodiversité (voir le site du même nom, si vous souhaitez découvrir son utilité). Nous l'avons fabriquée au printemps, dans un tronc. Aucune abeille n'est venue s'y installer pour l'instant, mais j'y ai récemment trouvé le début d'un nid de guêpe. Le bois a travaillé, gonflé. Le couvercle en bois du dessus a été éjecté sous la pression. Nous allons le réajuster avant le prochain printemps, en espérant qu'un essaim vienne s'installer.